Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

samedi 15 octobre 2016

Saint Maur - Un détenu empêché d'assister aux obsèques de son fils

Les magistrats dénoncent, exemple à l’appui les dysfonctionnements des extractions judiciaires.

Le pôle d'extractions judiciaires de la Maison centrale de Saint-Maur ne regroupe que huit agents, alors qu'il devrait en compter dix. - Le pôle d'extractions judiciaires de la Maison centrale de Saint-Maur ne regroupe que huit agents, alors qu'il devrait en compter dix.

Grosse colère des magistrats castelroussins, hier, mais aussi des personnels pénitentiaires de Saint-Maur et du Craquelin. Les raisons de cette colère ont été évoquées dans la matinée par Pascal Almy, président du tribunal de grande instance de Châteauroux, lors d'une audience solennelle d'installation.



« Un détenu de la centrale de Saint-Maur n'a pas pu assister, jeudi, aux obsèques de son fils. » Le jeune homme de 16 ans a été tué dans un accident de la route, en région parisienne.

Liens commerciaux :



Et le président de détailler : « Compte tenu du profil du condamné et de sa fin de peine encore lointaine, le juge de l'application des peines de notre tribunal avait rendu, mercredi, une ordonnance prévoyant une autorisation de sortie sous escorte, avec l'avis favorable de toutes les autorités. »

" Lamentable "

Mais une « impossibilité de faire » a été notifiée par l'administration pénitentiaire. « Nous n'avons pas pu trouver d'autre solution en urgence, indique Pascal Almy, même si la gendarmerie avait accepté de prêter main-forte dans l'hypothèse où des effectifs de la pénitentiaire auraient été disponibles. »

Ce détenu qui recevait la visite de son fils chaque semaine, au parloir de la Maison centrale, n'a donc pas pu assister à ses obsèques. Un triste exemple des nombreux dysfonctionnements liés au transfert de la charge des extractions du ministère de l'Intérieur vers celui de la justice.

« C'est lamentable, scande de son côté, Pascal Sabourault, délégué régional Force ouvrière pénitentiaire. Mais il faut savoir que mes collègues du pôle de rattachement d'extractions judiciaires qui sont en place à Saint-Maur depuis le mois de juin, ne sont qu'au nombre de huit pour assurer ce travail sur trois départements ».

Et, jeudi, « ils étaient tous en mission » et il a été impossible de constituer une escorte susceptible de se libérer toute la journée.

« Lamentable. » C'est effectivement le mot.

La Nouvelle République

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...