Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

lundi 17 octobre 2016

Emeute de la prison d'Aiton, les surveillants "commencent à prendre l'habitude"

L'émeute qui a éclaté dimanche 16 octobre dans la prison d'Aiton n'a fait qu'un seul blessé, mais une cinquantaine de cellules ont été détruites. 

La prison d'Aiton a été plusieurs fois cette année le théâtre d'émeutes et d'incidents.

Aujourd'hui, alors que plusieurs détenus sont transférés ailleurs, notamment à Marseille, les gardiens de prison sont encore sous le choc.

L'émeute est terminée, mais les gardiens de prison ne décolèrent pas. Dimanche 16 octobre, plusieurs incendies ont éclaté dans le centre pénitentiaire d'Aiton, en Savoie. L'émeute a blessé une personne et détruit de nombreuses cellules.

Liens commerciaux :




Dans ce centre pénitentiaire qui compte 200 détenus, les gardiens de prison sont de plus en plus sous pression. L'un d'entre eux, Guillaume Darras, syndicaliste UFAP-UNSA Justice dans la prison, énumère les incidents dont le personnel a été victime: "En une année il nous est arrivé les pires choses. Un surveillant agressé violemment, on a eu la mutinerie liée à Moirans, on a eu des refus de réintégrer les promenades, à deux reprises, et là une nouvelle mutinerie dans une section..."

Face à cette situation et au climat qui règne dans la prison, le gardien de prison se dit "dégouté, mais on commence à prendre l'habitude."

L'émeute a démarré lorsque 25 détenus de la prison ont provoqué vers 15h30 un incendie en "mettant feu à un matelas" selon le parquet d'Albertville, qui ajoutait hier que "l'incendie s'est propagé à deux ailes du bâtiment".

Une cinquantaine de pompiers ont alors été mobilisés pour maîtriser les incendies et "les équipes régionales d'intervention et de sécurité (ERIS) ont repris la main" vers 22 heures, précisait le sous-préfet de permanence.

Un gardien a été blessé et les dégâts matériels sont considérables puisque cinquante cellules sont aujourd'hui hors d'usage, selon le procureur d'Albertville, Jean-Pascal Violet. Une enquête a été ouverte pour destruction par incendie.

France 3

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...