Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

mercredi 12 octobre 2016

Montauban - Stéphane Miret, nouveau directeur de la maison d'arrêt

Stéphane Scotto, directeur interrégional de l'administration pénitentiaire a procédé hier après-midi, à l'installation officielle de Stéphane Miret, 41 ans, directeur de la maison d'arrêt de Montauban, depuis le mois de septembre  

«l'exercice de votre mission est exigeant et son équilibre est fragile et impose de grandes qualités humaines, a expliqué Stéphane Scotto. Un équilibre permanent doit être recherché entre le dialogue et l'autorité, l'écoute et la fermeté».



Pour Stéphane Scotto, qui s'exprimait en présence des autorités de l'État, des élus, des représentants du monde judiciaire, Stéphane Miret réunit toutes les qualités _«c'est un élément de valeur»_ pour arriver à ses fins. A l'issue de la cérémonie, le nouveau directeur, entraîneur de rugby sur ces heures de loisirs et pratiquant de sports de combat, a répondu à nos questions.

Quel a été votre parcours ?

Je suis né à Perpignan. Je suis entré en 1996 dans l'administration pénitentiaire et j'ai été surveillant stagiaire à la maison de Fresnes en 1997. Puis j'ai gravi les échelons. J'ai été nommé chef de service de la maison d'arrêt de Fresnes en 2005 puis adjoint de la prison de Mende en 2009 avant d'en prendre la direction en 2013.

Quelles sont vos premières impressions à Montauban ?

J'ai trouvé, depuis mon arrivée, un personnel très sérieux, motivé et impliqué. Nous avons ici 55 personnels de surveillance qui contribue efficacement à une détention la plus apaisée possible, même si nous manquons de personnels.

La prison, reconfigurée en 2011, a une capacité maximale de 144 places. C'est un chiffre dépasse puisque les syndicats évoquent 200 détenus…

je confirme que nous avons 200 détenus et entre 50 et 80 personnes sous le régime du bracelet électronique. La priorité, c'est donc apaiser la détention. nous devons œuvrer pour le travail en détention, la prévention du suicide mais aussi pour éviter la récidive.

Quels sont les grands projets pour les prochains mois ?

Le gros chantier, que nous espérons débuter à la fin de cette année, concerne la mise en place de filets anti-projections, un souci récurrent que les riverains de notre établissement pointent régulièrement. Nous espérons, avec un système innovant, que cette installation soit effective à la fin du premier semestre 2017.

On parle beaucoup des détenus radicalisés. Quelle est la situation à Montauban ?

Nous sommes formés pour être en ordre de bataille et nous le sommes. C'est un travail sur le renseignement qui doit être pointu. Nous sommes très vigilants.

La Dépêche

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...