Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

jeudi 2 juin 2016

Selon Jean-Jacques Urvoas, "tout est à faire" en matière de renseignement pénitentiaire

Devant la commission d'enquête parlementaire sur le terrorisme, le ministre de la Justice s'est livré à une sévère critique de ses propres services. Et promis des changements rapides.

Selon Jean-Jacques Urvoas, "tout est à faire" en matière de renseignement pénitentiaire

"Tout est à faire" dans le domaine du renseignement pénitentiaire a estimé mercredi le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas, interrogé par la commission d'enquête parlementaire sur la lutte contre le terrorisme.



"Tout est à faire dans ce domaine. Tout. Nous avons des mots qui masquent une absence de réalité. Il n'y a pas de réalité du renseignement pénitentiaire au ministère de la Justice aujourd'hui", a-t-il affirmé.

Aucune information depuis son arrivée Place Vendôme

En quatre mois passés place Vendôme, Jean-Jacques Urvoas a ainsi indiqué n'avoir "jamais été destinataire d'un élément à entête du renseignement pénitentiaire".

Liens commerciaux :



"Je m'attendais par exemple à avoir une analyse sur la progression de la radicalité à l'intérieur des établissements pénitentiaires. Est-ce qu'il y a un prosélytisme avéré? Est-ce qu'il y aurait un certain nombre de personnages autoproclamés qui seraient devenus des référents? Je n'ai rien vu de tel", a déploré le ministre.

Quelque 389 membres de l'administration pénitentiaire travaillent, à temps plein ou non, dans le renseignement, a-t-il noté, louant leur "dévouement" car ils "défrichent un terrain". "Il y a des personnels qui ramassent de l'information, qui observent, qui constatent. Mais je n'appelle pas ça faire du renseignement", a encore critiqué Jean-Jacques Urvoas.

Anticipation et synthèse

"Pour moi du renseignement, c'est de la mise en perspective, de la capacité de prévisibilité, de l'anticipation, de la compréhension de faits déroulés, bref ce n'est pas de la collecte", a ajouté le ministre, qui souhaite désormais "recruter" pour construire un "échelon central".

Interpellé sur la lenteur de la mise en place de ces services, le garde des Sceaux a répondu qu'"il n'existe dans aucun pays démocratique de service de renseignement pénitentiaire" et donc aucune littérature sur le sujet, ce qui conduit à certaines "hésitations".

BFMTV

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...