Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

lundi 21 décembre 2015

A la prison de Poissy, les détenus fabriquent baguettes et croissants

Du bon pain frais 7 jours sur 7 sur les plateaux repas en cellule: une boulangerie a été inaugurée vendredi entre les murs de la prison de Poissy (Yvelines), dans laquelle s'activent depuis novembre des détenus en longue peine.
Pain au levain

Un atelier boulangerie dans une prison

Les gestes sont précis, appliqués: depuis 7h15, dans l'atelier de boulangerie, quatre d'entre eux pétrissent, façonnent et enfournent les pâtes crues dans un four flambant neuf.


   Une demi-heure plus tard, le résultat est là: "maintenant à la prison, ça sent le croissant et le pain chaud, c'est quand même agréable", se réjouit François Goetz, directeur de la maison centrale de Poissy (Yvelines), qui accueille 230 détenus, la plupart condamnés à des peines de 20 à 30 ans de réclusion criminelle.

L'idée de cette boulangerie en gestion publique s'inscrit dans un projet global de réduction du gaspillage alimentaire mené depuis un an au sein de cet établissement. Constatant que plus de la moitié des repas finissaient à la poubelle, la direction a proposé aux détenus de choisir entre plusieurs plats.

Liens commerciaux :



Pour la réinsertion des détenus

Au final, une partie des économies réalisées a permis de cofinancer la boulangerie, qui se veut aussi un tremplin vers la réinsertion des détenus. Objectif: "avoir une occupation utile et devenir employable sur ce marché de l'emploi en tension", résume le directeur. L'atelier, occupé toute la matinée pour la production des 300 baguettes journalières, fait place l'après-midi à une formation au CAP pour douze apprentis. Un boulanger à plein temps et un formateur ont été recrutés pour faire tourner cette fabrique à pain. "Ce savoir-faire que l'on apprend, c'est ce qui va nous permettre d'être encore plus libre que ce qu'on pourrait être à notre sortie", estime Paul, 27 ans, incarcéré il y a huit ans alors qu'il était étudiant en droit.

Du bon pain et des viennoiseries en prison

Pour 300 euros par mois, il est désormais auxiliaire boulanger, tout en terminant sa licence de droit, une façon pour lui "d'être le moins déficitaire possible sur tout ce temps perdu (en prison)". Actuellement proposé 6 jours sur 7...
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...