Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

mardi 16 août 2016

Béziers : peine de prison prolongée pour les deux détenus du Gasquinoy

Deux détenus de la prison de Béziers ont été présentés devant le tribunal correctionnel pour “violence, rébellion et recel”, fin juin.

Béziers : peine de prison prolongée pour les deux détenus du Gasquinoy

Version contre version. Jeudi, deux détenus de la prison du Gasquinoy comparaissaient au tribunal. L'un est notamment jugé pour des violences sur un surveillant du centre pénitentiaire. L'autre pour menaces, rébellion, recel, en récidive.



Dans sa cellule, les surveillants ont retrouvé une arme artisanale, confectionnée avec une lame de rasoir. Le 30 juin, dans les couloirs de la prison, un premier accrochage débute lorsqu'un détenu envoie une porte sur un surveillant.

Liens commerciaux :



"J'ai accompagné l'ouverture de la porte", assure-t-il à la barre. Il s'ensuit un “tête à tête” houleux qui menace de dégénérer lorsque d'autres détenus s'en mêlent et qu'un attroupement se forme. L'accrochage se solde, selon les surveillants, par un coup de tête que le détenu inflige au fonctionnaire. Le prévenu maintient, quant à lui, que le gardien aurait appuyé son front sur le sien avant de lui casser le nez d'un solide coup de poing.

Légitime défense ?

Son camarade de détention aurait tenté d'ameuter les détenus excités par l'affrontement. Fouillé, celui-ci se rebelle et profère des menaces."On m'a poussé à bout", explique-t-il en estimant "avoir mangé pour tout le monde. J'étais “conditionnable permissionable”, j'avais tout à perdre." Son comparse, mis en cause pour le coup de tête, invoque la légitime défense, jure que le professionnel est "entré dans un rapport de force. Je l'ai poussé de la tête." Quant aux téléphones trouvés dans sa cellule, il banalise : "J'essaie d'entretenir des liens familiaux, je ne suis pas le seul à avoir un téléphone en cellule."

Le surveillant est depuis toujours en arrêt

Le représentant du parquet fustige le comportement des prévenus. Dénonce des "violences incontestables" sur un fonctionnaire expérimenté qui est depuis toujours en arrêt. "On essaie de nous faire croire que les surveillants de Béziers cherchent à tout prix à attiser le feu en détention..."

Les avocats des détenus invitent la cour à visionner, image par image, les enregistrements vidéos d'une scène très rapide. Me Caroline Vergnole, qui défend les intérêts du détenu, prévenu de violences, assure que "les déclarations des surveillants ont évolué" au cours de l'enquête.

"Évidemment, la parole d'un détenu ne vaut pas grand-chose face à celle d'un surveillant", regrette Me Charline Gimeno qui souligne les efforts de son client dans l'optique d'une future réinsertion dans la société. Celle-ci devra attendre encore. Les deux prévenus, reconnus coupables des faits reprochés, ont été condamnés à deux ans de détention supplémentaires avec maintien en détention. Les scellés ont été confisqués. La demande de constitution des parties civiles a été acceptée par le tribunal avec renvoi sur intérêt civil, en date du 9 janvier.

Midi Libre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...