Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

vendredi 19 août 2016

Vannes - Encore des tensions à la prison

À Vannes, il y aurait aujourd'hui 17 détenus qui dorment sur un matelas, par terre. L'Ufap-Unsa Justice tire la sonnette d'alarme.

La maison d'arrêt de Vannes doit faire face, elle aussi, à de la surpopulation carcérale.

La polémique

C'est hélas un sujet récurrent. Les prisons françaises sont aujourd'hui surpeuplées (1) et la maison d'arrêt de Vannes n'échappe pas aux conditions de détentions carcérales très tendues.



Ainsi, Jean-Michel Le Breton (Ufap-Unsa Justice) tire la sonnette d'alarme. « Nous avons aujourd'hui 17 détenus qui dorment sur des matelas, par terre. Nous en sommes à 93 personnes en prison pour 54 places. C'est catastrophique ! »

Liens commerciaux :



Et, si l'on en croit l'élu syndical, il y aurait aussi « des arrivées presque quotidiennes. » Une surpopulation qui a inévitablement des conséquences sur la cohabitation entre détenus surtout quand il s'agit de la période estivale et encore plus quand les températures atteignent celles que l'on a connues ces derniers jours.

Alcool et insultes

Un contexte qui se complique d'autant plus pour le personnel pénitentiaire que « les parachutages (lancer par-dessus le mur d'enceinte) est en augmentation. Il y a quelques jours, il y a eu cinq bouteilles d'alcool enveloppées dans du plastique et du scotch qui sont arrivées dans la cour. Après, la tension monte rapidement quand il y a en plus un fond d'alcool. D'ailleurs, il y a eu un début de bagarre entre détenus. Fort heureusement, pour l'heure, les surveillants ne sont pas pris pour cible, si ce n'est par des insultes. Mais, hélas, cela, c'est leur quotidien. La direction nous a promis des transferts de prisonniers, mais rien n'est fait. »

Jean-Michel Breton réclame toujours le fameux « filet de protection qui éviterait ce genre de lancer. On nous le promet mais on ne voit jamais rien venir. On passe toujours à côté du personnel pénitentiaire. »

Dernier exemple en date : « Mercredi dernier, on m'a annoncé qu'il y aurait une nouvelle activité de proposée aux détenus. C'est un entraîneur du RCV (Rugby club de Vannes) qui vient pendant trois semaines les encadrer. Et c'est déjà en place ! Ce n'est pas ce club qui me dérange, ni le fait qu'on propose cela, mais c'est encore la marque que l'on est prompt à mettre des choses en place pour les détenus plutôt que pour le personnel. Il y en a marre ! »

Contactée, la direction n'a pas donné suite hier à notre sollicitation.

(1) Le nombre de détenus en France a atteint ce mois le record de 69 375 personnes incarcérées pour 58 311 places.

Ouest-france

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...