Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

vendredi 5 août 2016

Un surveillant et un prisonnier retenus plusieurs heures en otages à la prison du Mans

Le détenu à l'origine de la prise d'otages réclamait son transfert dans un autre établissement...

La maison d'arrêt du Mans-Les Croisettes à Coulaines (Sarthe), le 4 août 2016.

Un surveillant et un prisonnier ont été retenus en otages par un détenu, durant plusieurs heures jeudi à la maison d’arrêt de Coulaines, dans l’agglomération du Mans, avant d’être libérés sains et saufs à l’issue d’une négociation avec le Raid.



« Un détenu a profité de l’ouverture de sa cellule par un surveillant, pour menacer ce surveillant avec une arme confectionnée de façon artisanale, qui s’apparenterait […] à une branche d’une paire de ciseaux », a déclaré la vice-procureure de la République du Mans Anne Helbert, lors d’une conférence de presse à l’issue de la prise d’otages. Elle a précisé que le parquet avait été averti vers 10h30 des événements en cours.

Intervention du négociateur du Raid

Liens commerciaux :



Selon son récit, le détenu « menace donc le surveillant, le fait entrer dans la cellule, menace un détenu qui était également à côté, le fait également entrer dans la cellule », a expliqué la magistrate, évoquant ensuite un surveillant et « un prisonnier pris en otage ».

« Il y a eu l’intervention du négociateur du Raid vers 13h40 qui a permis très rapidement de faire libérer les deux otages et ensuite d’interpeller le preneur d’otages sans qu’il y ait de difficulté », a indiqué Mme Helbert.

Le preneur d’otages est un homme né en 1989, qui n’avait jamais posé de problèmes depuis qu’il est détenu dans cette maison d’arrêt, il y a un an, a-t-elle dit.

Libérable en 2021

L’homme avait été condamné définitivement en mai dernier et était libérable en 2021. Il souhaitait son transfert au centre pénitentiaire de Condé-sur Sarthe (Orne).

« Il avait été vu par l’ensemble des services de l’établissement pour son projet de transfert » et « nous étions en attente de son dossier […]. Nous étions donc dans une chronologie tout à fait normale par ce rapport à ce type de détenu et de condamnation », a précisé le directeur interrégional adjoint des services pénitentiaires Eric Morinière, qui intervenait aux côtés de Anne Helbert.

« Il avait rencontré les services du Mans qui lui avaient confirmé qu’a priori, il obtiendrait ce qu’il souhaitait mais, évidemment, dans le temps normal à la réalisation des transferts », a indiqué Eric Morinière.

Une ou deux personnes prises en otage ?

Le détenu est actuellement en garde à vue au commissariat de police du Mans, a indiqué la vice-procureure. Le parquet va ouvrir une information judiciaire pour « séquestration », un fait criminel passible de trente ans de réclusion, et « violence avec armes sur personne dépositaire de l’autorité publique », a-t-elle précisé.

La version de la magistrate diffère des premiers éléments communiqués par la Chancellerie et d’un représentant syndical sur le rôle des différents protagonistes, qui ne mentionnaient qu’un surveillant pris en otage.

C’est le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas, qui avait annoncé via son compte Twitter la fin de la prise d’otages vers 14h.

Un peu plus tôt dans la journée, Vincent Le Dimeet, représentant FO Pénitentiaire à Coulaines, s’était dit « en colère », indiquant avoir « prévenu à plusieurs reprises » sur les risques liés aux conditions de détention dans cette maison d’arrêt, où résident actuellement 520 détenus pour 398 places.

20 Minutes

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...