-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

samedi 26 novembre 2016

Du cristal saisi au parloir de la prison du Port

Lors d’une opération de contrôle sur les visiteurs des détenus de la prison du Port, les agents de la douane ont mis la main sur du zamal, du rivotril, de l’alcool mais aussi du cristal, drogue de synthèse aux effets ravageurs.


L’Ufap-UNSA Justice, syndicat de l’administration pénitentiaire, annonce avoir surpris lors d’un contrôle des proches de détenus ayant essayé de faire entrer de la drogue dure dans la prison du Prot.



Sur réquisition du Procureur de la République, une équipe des douanes a contrôlé aujourd’hui les familles se rendant au parloir du Centre de Détention du Port.

Liens commerciaux :



Elle était à la recherche de produits prohibés (stupéfiants, armes et explosifs) sur les personnes visitant un détenu.

Régulièrement demandée par l’UFAP-UNSa Justice, cette opération a produit son effet. "Surprises par la présence du chien accompagné de son maitre, plusieurs familles ont été prises la main dans le sac", détaille David Calogine, secrétaire général de l’UFAP Réunion-Mayotte.

De la drogue de synthèse saisie

"Si l’on a pu mettre la main sur des produits « habituels » de type : zamal, rivotril, alcool ; l’UFAP-UNSa Justice s’inquiète fortement de la présence de cristal. Cette fameuse drogue qui provoque chez l’utilisateur des troubles comportementaux (agressivité, troubles de l’adaptation..), des épisodes psychotiques avec hallucinations et paranoïa, des dépressions du système immunitaire. L’insécurité des personnels pénitentiaires grandit avec l’arrivée de cette drogue dans nos détentions", ajoute-t-il.

Les familles concernées ont été placées en garde à vue et seront prochainement convoquée devant le Procureur de la République. Celui-ci aurait l’intention de poursuivre les suspects au pénal, d’après l’UFAP-UNSa.

L’UFAP-UNSa Justice se félicite de cette mobilisation "qui démontre que le contrôle des établissements est encore possible lorsque les acteurs de la chaine judiciaire (Procureur et Préfet) coordonnent leurs actions."

Linfo.re

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...