-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

mardi 29 novembre 2016

Metz - à la maison d’arrêt pour aider les autres

Edwige Bertrand et François Hurson pénètrent régulièrement dans la maison d’arrêt de Metz-Queuleu. Uniquement pour accompagner les détenus. Ils sont une centaine comme eux, réunis au sein de dix associations.

Edwige Bertrand et François Hurson : « Dix associations forment le Groupe local de concertation des prisons, qui compte une centaine de bénévoles ».  Photo Maury GOLINI

Dans une vie antérieure, Edwige Bertrand était cadre de santé. « J’ai passé vingt et un ans aux Urgences en tant qu’infirmière. »



Quand elle a pris sa retraite, elle avait bien l’intention de rester dynamique. L’action sociale lui plaisait bien, elle s’est donc orientée vers la Croix Rouge où elle est aujourd’hui « référente justice prison ».

Liens commerciaux :



François Hurson suit à peu près le même itinéraire. L’ex-ingénieur prend sa retraite, mais n’entend pas rester les bras croisés. Il dresse une liste des gens susceptibles d’avoir besoin de ses services et se décide pour être visiteur de prison. « C’est un monde où les gens perdent leur autonomie, c’est un monde de violence, j’ai l’impression qu’on apporte un peu d’air frais. »

Des activités

Les années passent et le visiteur prend la présidence de l’Association culturelle, sociale et sportive de la prison (ACSS). Une association qui apporte des financements destinés à organiser diverses activités pour les détenus : sport, couture, peinture, écrivain, atelier d’écriture… Parallèlement, ce sont une bonne dizaine d’associations qui proposent régulièrement leurs services à l’administration pénitentiaire, pour orchestrer des animations en milieu carcéral. « On compte près de 100 bénévoles », souligne encore François Hurson.

Unir les forces

Il y a cinq ans, les différents interlocuteurs de ces associations ont décidé de se réunir. « C’était d’abord pour mieux se connaître, avance Edwige Bertrand, pour s’informer des différents projets, des modalités d’intervention ».

De fil en aiguille, ce groupe local de concertation des prisons, relativement informel, décide de coordonner au moins une action par an. « Pour mener des actions de sensibilisation sur l’univers de la prison auprès du grand public. »...

Lire la suite sur le Républicain Lorrain

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...