Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

lundi 6 février 2017

5 ans de prison pour les preneurs d'otage de Réau

Le 30 avril 2016, 3 détenus de la prison de Réau avaient pris en otage un surveillant. Ils viennent d'être condamnés.

Les trois 3 détenus avaient pris en otage un surveillant du centre pénitentiaire de Réau

Les trois détenus qui avaient pris en otage un surveillant du centre pénitentiaire de Réau le 30 avril 2016 ont été condamnés à 5 ans de prison par le Tribunal correctionnel de Melun, ce lundi 6 février.



Le ministère public réclamait une peine de 8 ans de prison dont 5 ans de sûreté.

Le samedi 30 avril, ils avaient séquestré un surveillant, armés de pics artisanaux, dans le quartier des longues peines, réclamant leur transfert dans une autre prison.

Liens commerciaux :



Le Raid avait dû intervenir et trois heures de négociation avaient été nécessaires pour que les prisonniers se rendent. Le gardien de prison n’avait pas été blessé.

Ce n’était pas la première prise d’otage dans la prison de Réau, ouverte en 2011.

En 2014, un détenu particulièrement surveillé de 37 ans avait menacé un surveillant dans son bureau dans le but de changer de QMC (quartier maison centrale). Il avait été condamné en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Melun à trois ans de prison supplémentaires.

“On s’est senti abandonnés après”

Par ailleurs, l’équipe régionale d’intervention et de sécurité était déjà intervenue en 2013, à la suite d’une tentative d’évasion de deux détenus, à l’aide d’explosifs.

Lors de leur procès, deux des preneurs d’otage (le 3ème a refusé de comparaître)  ont cherché à faire le procès de l’administration pénitentiaire et notamment de l’isolement, coupables de les avoir poussés à bout, ne leur laissant plus que le choix de la prise d’otage pour se faire entendre.

“On ne regrette pas, a lancé l’un des accusés. On ne voulait pas que ça soit une prise d’otage comme une autre”. D’ailleurs, ils n’avaient pas cherché à s’évader, se retranchant dans une cellule.

Les avocats de la défense sont allés dans la même voie, stigmatisant la dureté de l’administration pénitentiaire, coupable selon eux de transformer les prisonniers en “bêtes humaines” au lieu de les aider à se réinsérer.

“Bien sûr, il y a certainement à redire concernant l’administration pénitentiaire, a concédé le procureur. Mais avec leurs nombreuses condamnations, les prisonniers ne pouvaient s’attendre à être traités comme des agneaux. Il ne faut pas se tromper de procès”.

Car le risque de ce procès était en fait d’oublier les vraies victimes : le surveillant de prison attaqué avec un pic -”je voulais le tuer avant de me raviser a lancé un des accusés”- et l’autre séquestré pendant 3h30. Avec forcément des séquelles psychologiques.

La République 77

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...