-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

vendredi 24 février 2017

Perpignan : l'évadé de prison retrouvé... en plein cambriolage en Corrèze !

Jeudi 23 février, le détenu qui s'était fait passer pour son co-détenu pour s'évader a été interpellé en flagrant délit de cambriolage en Corrèze.

Perpignan : l'évadé de prison retrouvé... en plein cambriolage en Corrèze !

Il s'était évadé samedi 17 février, du centre pénitentiaire de Perpignan, en usurpant l'identité d'un détenu qui était, lui, vraiment libérable. Le fuyard a obtenu la carte d'identité pénitentiaire de son co-détenu qui devait sortir de prison le même jour.


Il a finalement été retrouvé à quelque 500 km de là, en Corrèze, cinq jours plus tard à Ussel, selon France Bleu Limousin et France Bleu Roussillon.

Liens commerciaux :



"Avec un complice,  le prisonnier de 29 ans s'était introduit dans un local à Ussel, juste à côté du foyer d'accueil dans lequel il logeait. Il a été interpellé peu après minuit" dans la nuit de mercredi à jeudi", indique France Bleu.

"Les deux hommes s'étaient cachés en entendant les forces de l'ordre. L'un derrière une armoire, l'autre derrière une remorque.  L'interpellation s'est finalement déroulée sans heurts. L'évadé de Perpignan a d'abord donné une fausse identité avant d'être confondu par ses empreintes digitales", précise la radio. 

Il a réussi à tromper les autorités pénitentiaires

Comment le récidiviste était-il parvenu à s'enfuir de la prison de Perpignan le week-end dernier ? Au moment où les surveillants ont appelé le nom du libérable, ce fuyard s'est présenté et a été conduit au greffe. Il a effectué toutes les formalités de levée d'écrou avant de quitter la prison.

L'homme de 29 ans est connu pour des escroqueries, des vols aggravés, mais aussi, déjà, une usurpation d'identité. Ce délinquant était écroué pour une condamnation qui arrivait à terme le 25 juin. Cependant, il risquait de ne pas sortir de prison car il était également sous le coup d'un mandat de dépôt dans le cadre d'une affaire instruite à Toulouse.

La supercherie a été découverte un peu plus tard quand le détenu qui devait vraiment être libéré est allé demander pourquoi on ne l'appelait pas. Selon lui, il n'avait pas entendu son nom au moment où celui-ci avait été appelé.

Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances dans lesquels le fuyard a pu récupérer les papiers du libérable...

Lire la suite sur Orange

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...