Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

mercredi 27 janvier 2016

La députée Valérie Boyer rend visite en prison à Jacqueline Sauvage

La députée des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer (LR) s’est rendue hier au centre pénitentiaire d’Orléans-Saran où est incarcérée Jacqueline Sauvage pour "lui témoigner son indéfectible soutien".
Actualités - La députée Valérie Boyer rend visite en prison à Jacqueline Sauvage

Elle était accompagnée de Nathalie Kosciusko-Morizet, députée et présidente du groupe Les Républicains au Conseil de Paris.


"47 années de violences conjugales ne pourront être effacées mais nous souhaitons mobiliser l’opinion et les pouvoirs publics pour que cette situation ne se reproduise plus. Pour qu'une femme ne se retrouve plus jamais en prison en se voyant reprocher par la loi de ne pas être morte sous les coups de son mari violent" ont affirmé les deux femmes à La Provence à la sortie d’une heure d’entretien avec la détenue âgée de 67 ans, condamnée le 3 décembre dernier à 10 ans de réclusion par la cour d’assises du Loir-et-Cher pour avoir tué son mari en 2012, de trois coups de fusil dans le dos.

Liens commerciaux :



La députée marseillaise, présente hier à l’assemblée nationale en compagnie de sa consoeur parisienne, a décidé de se rendre auprès de Jacqueline Sauvage spontanément, en voiture. La détenue les a reçue pendant plus d’heure dans sa cellule, et leur a notamment montré les centaines de lettres de soutien qu’elle reçoit. Elle les a remercié de leur mobilisation pour la défense de cette cause. Chaque année, en France, 130 femmes succombent sous les coups de leur conjoint.

Valérie Boyer, qui travaillait sur une proposition de loi pour la protection des femmes battues au moment de la condamnation de Jaqueline Sauvage, est la chef de file des députés qui soutiennent la demande de grâce présidentielle formulée par les trois filles de Jacqueline Sauvage, fin 2015. Quelque 50 parlementaires du centre et de droit ont signé cette lettre de soutien. Elle demande aujourd’hui une modification de la loi, et la reconnaissance de "l’état de danger de mort permanent".

La Provence

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...