Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

vendredi 23 septembre 2016

La délicate question des surveillants radicalisés

C'est un phénomène «infiniment minoritaire» mais «réel», a déclaré mercredi le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas. 

Les signalements proviennent à la fois du terrain et du renseignement pénitentiaire. Photo d'illustration.

Côté syndicats, on regrette qu'aucune sanction n'ait été prise à l'encontre de ces agents qui ne respectent pas le devoir de neutralité qui leur incombe.



Le phénomène de la radicalisation n'épargne pas le personnel pénitentiaire. Et c'est le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas qui le reconnaît lui-même.

Liens commerciaux :



«J'ai eu des cas sur lesquels nous avons pris évidemment les mesures adaptées», a-t-il dit mercredi sur RTL, évoquant «des sanctions» et «des éloignements». En revanche, le garde des Sceaux se refuse à communiquer un chiffre. «C'est infiniment minoritaire mais suffisamment réel pour que nous puissions effectivement en parler dans le cadre de la politique de ressources humaines» en prison, a-t-il ajouté.

«Les signalements sont faibles mais pris avec le plus grand sérieux», répète-t-on à la Chancellerie. Le plus souvent, ce sont agents qui ne respectent pas le devoir de neutralité auxquels ils sont soumis.

Par exemple, un agent qui refuserait de saluer des collègues féminines, par conviction religieuse. «Mais il ne s'agit pas de surveillants qui auraient appelé à la violence», insiste-t-on au ministère de la Justice.

10 à 30 cas selon des syndicats

Les signalements proviennent à la fois du terrain et du renseignement pénitentiaire.

«C'est un collègue qui change d'attitude, qui se met à parler de religion alors qu'il ne le faisait pas avant et qui nous pousse à nous interroger», décrit une source syndicale.

En cas de fortes suspicions, une surveillance accrue est mise en place et peut conduire à une procédure disciplinaire, entraînant soit un éloignement du fonctionnaire de la population pénale, soit une suspension, voire une révocation.

Et si un délit est commis, un signalement est effectué auprès de l'autorité judiciaire. «Mais cela n'a jamais été fait jusqu'ici», indique-t-on à la Chancellerie.

Des sources syndicales, qui ont alerté l'administration depuis longtemps, parlent de 10 à 30 cas sur les 27.000 surveillants pénitentiaires qui travaillent en France.

«Nous avons dénoncé des comportements qui étaient contraires au code de déontologie», explique Jean-François Forget, secrétaire général de l'UFAP-Unsa Justice. «Nous avons notamment relevé des cas d'élèves surveillants à l'Enap (École Nationale d'Administration Pénitentiaire) qui refusaient de manger avec des femmes et qui revendiquaient le droit à faire leur prière».

Des cas que conteste l'administration pénitentiaire.

«Aucune mesure n'a été prise»

Il cite aussi le cas de deux surveillants de la Maison centrale d'Arles dans les Bouches-du-Rhône, qui avaient refusé de serrer la main à des femmes.

Leur attitude avait conduit l'administration pénitentiaire à lancer une inspection en mai dernier.

Dans un rapport rendu dans la foulée, elle estimait que le comportement des deux agents justifiait une sanction disciplinaire, rapportait RTL en juin dernier.

«Mais depuis, aucune mesure n'a été prise», peste Jean-François Forget. «Ils n'ont jamais été traduits devant un conseil de discipline et contrairement à ce que dit le ministre de la Justice, aucun cas n'a été traité».

Une autre source syndicale confirme. «L'administration a mis un mouchoir sur cette problématique».

Interrogée à ce sujet, la Chancellerie répond que cette question sera traitée prochainement dans un conseil de discipline, dans le courant du mois d'octobre, sans pouvoir préciser le nombre de cas qui y seront exposés. Selon nos informations, l'affaire de Arles devrait y figurer.

Les détenus radicalisés exerceraient-ils une influence sur les agents?

«Rien n'est exclu», répond-on au ministère. «Mais à ce jour, nous n'avons observé aucune stratégie de la part des détenus qui tenteraient de radicaliser des surveillants». Même constat chez les syndicats.

«La prison est le reflet de ce qui se passe dans la société. Plusieurs secteurs sont concernés, il n'y a aucune raison que nous y échappions», commente un syndicaliste, qui évoque notamment la RATP, les Aéroports de Paris ou encore l'armée.

«Nous travaillons sur de l'humain. Comment imaginer que ce qui se passe à l'extérieur n'advienne pas en interne?», faisait remarquer une autre source au Figaro la semaine dernière.

L'administration pénitentiaire a recruté 2100 personnels l'année dernière, et prévoit d'en recruter 2500 supplémentaires l'année prochaine.

Le niveau d'exigence lors de ces recrutements devra être «élevé» au regard de ce risque, même marginal, a estimé mercredi le ministre de la Justice. À chaque recrutement, une enquête de la préfecture vérifie notamment que les agents ne sont pas fichés «S» et que leur casier judiciaire est vierge.

Le Figaro

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...