Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

mardi 20 septembre 2016

Quelles sont les prisons françaises les plus surpeuplées ?

Le surpeuplement touche 82,5% des 120 maisons d'arrêt de France métropolitaine. 

Pour saisir l'ampleur du phénomène, franceinfo a comparé leur capacité d'accueil avec la densité carcérale qu'on y trouve au 1er août 2016.

La France compte 120 maisons d'arrêt (ou quartiers de maisons d'arrêt au sein d'un centre pénitentiaire) réparties sur le territoire métropolitain.



Ces établissements reçoivent les prévenus en détention provisoire ainsi que les personnes condamnées dont la peine ne dépasse pas deux ans de détention.

Liens commerciaux :



Selon le ministère de la Justice, au 1er août 2016, 44 355 personnes sont écrouées dans ces maisons d'arrêt, pour un total de 31 636 places disponibles, soit une densité carcérale de 140%. Dans les maisons d'arrêt de Nîmes, de Fontenay-le-Comte, de La Roche-sur-Yon et de Bordeaux-Gradignan, cette densité dépasse même les 200%.

Si l'immense majorité des maisons d'arrêt se trouvent en situation de surpopulation carcérale, ce n'est pas le cas des autres types d'établissements. En réalité, si l'ensemble des établissements pénitentiaires présentent une densité carcérale de 118%, c'est uniquement à cause de la surpopulation constatée dans les maisons d'arrêt.

Les autres types d'établissements sont en dessous du maximum de leur capacité opérationnelle. C'est le cas dans les maisons centrales, qui accueillent les personnes condamnées à une longue peine ou qui présentent des risques, ainsi que dans les centres de détention, dans lesquels sont emprisonnées des personnes condamnées à une peine supérieure à deux ans.

Le nombre de places augmente moins vite que celui des détenus

Interrogé à ce sujet lors d'une interview donnée à Europe 1, Manuel Valls estime qu'il faudra "10 000 places de prison dans les dix ans qui viennent", notamment pour permettre la création de cellules individuelles et d'"unités dédiées" pour les détenus radicalisés. Si elle a presque doublé depuis 1990, la capacité opérationnelle des établissements pénitentiaires français augmente lentement depuis 2010 : + 6% de places supplémentaires, pendant que le nombre de détenus a crû de près de 13%.

Franceinfo

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...