Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

lundi 19 septembre 2016

Osny : les surveillants de prison manifestent contre "l'insécurité"

Depuis l'agression de deux agents pénitentiaires début septembre, le personnel de la maison d'arrêt du Val-d'Oise craint pour sa sécurité.

Un surveillant de prison (image d'illustration)

Une soixantaine de surveillants ont bloqué la maison d'arrêt d'Osny, dans le Val-d'Oise, ce lundi 19 septembre, afin de protester contre « l'insécurité » et le manque d'effectifs de cette prison où un détenu radicalisé a agressé récemment deux agents pénitentiaires.


« Il n'y a pas une seule journée où l'alarme n'est pas déclenchée »

Les surveillants, qui répondaient à l'appel de FO et de l'Ufap-Unsa, ont allumé un feu de palettes devant les grilles de la prison dont ils filtraient les entrées depuis 6 heures, comme l'a expliqué Jérôme Nobecourt, délégué régional du syndicat Force ouvrière, majoritaire dans l'établissement. Une manifestation qui coïncidait avec la visite du directeur interrégional adjoint de l'administration pénitentiaire, attendue dans la matinée.

Liens commerciaux :



« Il n'y a pas une seule journée où l'alarme n'est pas déclenchée », a dit le syndicaliste. Face à la situation, les surveillants réclament « plus de personnels et l'arrêt de l'unité de prévention de la radicalisation, qui n'a pas de sens », a-t-il ajouté.

« La peur s'est installée »

Depuis l'assassinat à Magnanville le 13 juin d'un policier et de sa compagne par Larossi Abballa et son appel à tuer des surveillants de prison, « la peur s'est installée, et encore plus après ce qui s'est passé vendredi », a ajouté Jérôme Nobecourt.

Début septembre, un détenu de cette unité a violemment agressé deux surveillants pénitentiaires de l'établissement. Quatre détenus de l'unité ont été extraits vendredi en urgence pour être transférés dans les quartiers d'isolement d'autres centres pénitentiaires. Des écoutes avaient mis au jour l'existence de « menaces » pour la sécurité du personnel.

Début juillet, la maison d'arrêt avait déjà été bloquée par un mouvement de surveillants dénonçant la surpopulation carcérale, avec 960 détenus pour 582 places à cette date. Avec Fresnes, Lille-Annœullin et Fleury-Mérogis, la prison d'Osny fait partie des établissements où ont été expérimentés les premiers regroupements d'islamistes. La contrôleure générale des lieux de privation de liberté Adeline Hazan a dressé en juillet un premier bilan critique de ces structures jugées inadaptées à l'ampleur du phénomène de radicalisation.

Le Point

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...