Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

samedi 24 septembre 2016

Orléans : des détenus libérés à la suite d’un impensable couac judiciaire !

Ce mercredi 21 septembre, plusieurs détenus du centre pénitentiaire d’Orléans-Saran ont été remis en liberté à la suite d’un incroyable dysfonctionnement de la justice.

Orléans

Ces petits chanceux sont au nombre de cinq. Ce mercredi 21 septembre, ils devaient être jugés en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Chartres pour des délits divers et variés.



Deux d’entre eux étaient accusés de trafic de drogue, le troisième de violence sur un policier et les deux derniers de vols à l’arraché d’un téléphone portable.

Liens commerciaux :



Cependant, rassurez-vous, ces braves gens ont pu regagner leur foyer en toute quiétude. Ils viennent en effet d’être remis en liberté sans même avoir été jugés. La raison de cette incroyable libération : l’administration pénitentiaire n’avait pas les moyens de les transférer jusqu’au tribunal !

Auparavant, il appartenait aux gendarmes d’assurer l’extraction des détenus et leur transfèrement vers les palais de justice mais depuis une réforme de la justice datant de 2011, cette mission leur a été retirée pour être confiée au personnel pénitentiaire. Seulement voilà, il y a un léger hic : aujourd’hui, de nombreuses prisons françaises prétendent n’avoir ni les effectifs, ni les moyens nécessaires pour la remplir convenablement…

La veille du procès, le centre pénitentiaire d’Orléans-Saran avait pourtant alerté le procureur de Chartres de son impossibilité d’assurer le transport de ces cinq prisonniers.

Pour contourner le problème, il avait donc été décidé que l’audience se déroule en visioconférence, comme cela se fait parfois. Mais ce coup-ci, les détenus ont refusé d’être jugés à distance ! Ils en avaient d’ailleurs parfaitement le droit.

Résultat : leurs avocats ont pu demander la nullité de la procédure et leur libération immédiate. Le procureur a beau avoir été agacé par ce petit tour de magie juridique, il n’avait d’autre choix que d’accéder à cette requête. La loi reste la loi.

Le Nouveau Détective

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...