-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

vendredi 6 janvier 2017

Brésil - Nouveau carnage dans une prison, au moins 33 morts

Au moins 33 détenus ont été massacrés ce vendredi à l'arme blanche dans une prison du nord du Brésil. Cinq jours plus tôt, un carnage s'était déjà détourné à la prison de Manaus en Amazonie (56 morts) sur fond de guerre de gangs pour contrôler le marché de la cocaïne.

Cinq jours plus tôt, un carnage s'était déjà détourné à la prison de Manaus en Amazonie (56 morts). Photo AFP.

 / AFP / SESIP / HO / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP PHOTO /SESIP /HO " - NO MARKETING - NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Comme à Manaus, les victimes ont été décapitées, éviscérées, démembrées, selon des photographies de l'intérieur de la prison, montrant des dizaines de corps empilés dans un gigantesque bain de sang.

"Trente-trois morts ont été recensés à la Pamc (Pénitentiaire agricole de Monte Cristo) dans les premières heures de la matinée", a indiqué le gouvernement de l'Etat de Roraima dans un communiqué. Il a ajouté que la situation dans l'établissement pénitentiaire était à nouveau "sous contrôle". La police est sur place pour faire les premières constatations et le bilan pourrait encore s´alourdir.

Une action rapide

Liens commerciaux :




Une porte-parole du gouvernement de Roraima a précisé que ce nouveau massacre n´a pas été perpétré dans le cadre d'une mutinerie mais lors d'une action rapide d´un groupe de détenus qui a duré moins d´une heure. Selon cette même source, d´après les premières informations recueillies par les autorités, aucune arme à feu n´a été retrouvée à l´intérieur de la prison et les meurtres ont pour la plupart été commis à l´arme blanche.

Le 16 octobre, dix détenus avaient été tués dans cette même prison de Roraima, lors d´un affrontement entre factions rivales du crime organisé. Certains avaient aussi été décapités et brûlés vif. À l´époque, la population de la prison Pamc de Roraima était de 1.400 détenus, le double de sa capacité, un problème récurrent du système pénitentiaire brésilien.

Guerre de gangs

Cette prison regroupe des membres du Comando Vermelho (CV), originaire de Rio de Janeiro et allié de la FDN (Familia do Norte), considérée par la police comme responsable du massacre de Manaus dans la nuit de dimanche à lundi...

Lire la suite sur Le Télégramme

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...