-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

dimanche 22 janvier 2017

Brest. Le tribunal "le plus sinistré" de Bretagne

Jean-Jacques Urvoas, ministre de la Justice, a écouté les différents acteurs de la vie judiciaire brestoise, vendredi. Ceux-ci mettent en avant « la crise des effectifs ».

Jean-Jacques Urvoas est le premier ministre de la Justice à assister à une audience solennelle du tribunal de Brest.

Vendredi après-midi, Jean-Jacques Urvoas a été le premier ministre de la Justice à s'inviter à une audience solennelle de rentrée du tribunal correctionnel de Brest. Et il n'a pas fait le voyage pour rien. Les acteurs de la vie judiciaire brestoise en ont gros sur le coeur et ils le font savoir.


L'entrée est servie par le procureur de la République, Éric Mathais. S'il reconnaît « des améliorations » au parquet depuis un an et se réjouit que « la justice fonctionne à Brest, en dépit du déficit de moyens », il pointe aussi plusieurs dysfonctionnements.

Liens commerciaux :



« Une certaine souffrance au travail a été clairement exprimée au sein du tribunal, à plusieurs occasions en 2016 », rappelle le procureur. Il prend l'exemple des extractions judiciaires, qui se font lorsqu'un détenu doit comparaître.

« L'incendie couve »

En 2016, le tribunal en avait demandé 433. « L'administration pénitentiaire a été en mesure de n'en réaliser qu'un peu moins de la moitié. » Les affaires sont renvoyées, les délais s'allongent et, en cascade, la charge de travail augmente.

Une charge de travail qui a de plus en plus de mal à être supportée par les magistrats. Là, c'est le bâtonnier Bertrand Audren qui sert le plat de résistance. « L'incendie qui couve risque de devenir rapidement incontrôlable », lance-t-il en fixant Jean-Jacques Urvoas.

Il détaille : « Le nombre de postes vacants de magistrats du siège est de cinq, le taux de vacance au greffe est de 20 %... Certains magistrats siègent pendant neuf heures ! Ce n'est pas acceptable. »

« Submergés »

Le ministre prend des notes, avant que le bâtonnier ne conclut : « Il est à craindre que ce début d'année ne soit marqué par la reprise des mouvements de protestation. »

À peine le temps de souffler pour Jean-Jacques Urvoas que le président Éric Minnegheer lui apporte le dessert. Une cerise sur le gâteau. « Le tribunal de grande instance de Brest est le plus sinistré de la cour d'appel de Rennes. » Le constat est limpide.

Et le président appuie : « Face à un dynamisme de politique pénale, les juges se sentent parfois submergés, ont de la peine à suivre et vivent d'autant plus mal la crise des effectifs. »

Des jeunes juges ?

Les juges avaient d'ailleurs obtenu un entretien avec le ministre avant que ne démarre l'audience solennelle. Jean-Jacques Urvoas leur a-t-il confié, comme à sa sortie de la salle d'audience, que Brest est, en Bretagne, « la juridiction la plus sinistrée en postes » ?

En tout cas, il n'a « pas de réponse immédiate » à apporter. Les magistrats qui pourraient intégrer l'effectif brestois « sont déjà en poste ailleurs ».

Il assure cependant vouloir affecter, à Brest, de jeunes magistrats sortant de l'école...

Lire la suite sur Ouest-France

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...