-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

lundi 16 janvier 2017

Maltraitance animale : une enquête ouverte dans une prison corse

Un détenu de la prison "ouverte" de Casabianda est soupçonné d’avoir frappé et noyé des agneaux

Maltraitance animale : une enquête ouverte dans une prison corse

Une enquête sur des cas de maltraitance d’animaux a été ouverte au centre de détention dit "ouvert" de Casabianda (Haute-Corse), où les prisonniers travaillent dans un vaste domaine agricole, a-t-on appris lundi de source proche du dossier.


Un détenu a été mis en cause pour avoir frappé depuis plusieurs mois des agneaux à coups de pieds au ventre, avant de les noyer dans les abreuvoirs et pour avoir jeté un ovin vivant dans le feu.

Liens commerciaux :



Après l’alerte lancée par un employé du centre de détention, début janvier, le parquet de Bastia a prescrit à la gendarmerie d’Aléria de diligenter une enquête sur des faits de "sévices graves ou actes de cruauté envers un animal domestique, apprivoisé ou captif", ce qui constitue un délit. Les premières auditions de surveillants, témoins et détenus ont confirmé les faits.

Les conditions d’abattage en cause

En outre, les services vétérinaires ont constaté que les conditions d’abattage n’étaient pas conformes à la réglementation sur les procédés d’immobilisation, d’étourdissement et de mise à mort des ovins.

Les services vétérinaires ont notamment déploré l’absence de précautions pour limiter l’excitation, la douleur et la souffrance évitable aux animaux lors de l’abattage.

Les investigations doivent déterminer combien de bêtes ont été abattues de façon non réglementaire et sur quelle période.

Unique en France, le centre de détention de Casabianda, appelé "prison ouverte" en l’absence de murs d’enceinte et du régime de libre circulation des détenus, a été ouvert en 1948. Il peut accueillir 190 prisonniers presque tous condamnés pour des infractions à caractère sexuel...

Lire la suite sur Sud Ouest

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...