-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

lundi 9 janvier 2017

Saint-Aubin-Routot : le détenu jette clou et massette sur son professeur

Le détenu néo-calédonien de 28 ans est incarcéré depuis sa majorité. Au centre pénitentiaire de Saint-Aubin- Routot, il s’en est pris à un professeur.

Le détenu a lancé un massette sur son professeur (photo d’illustration)

«C’est la première fois que je vous rencontre. On ne se connaît pas. Vous ne parlez pas habituellement ?, demande la présidente de la correctionnelle à Djimy N. mercredi 4 janvier. Ou c’est uniquement lorsque vous rencontrez quelqu’un qui représente la loi ? »


Le détenu de 28 ans poursuivi pour des violences avec armes sur un enseignant compte ses mots. Et, quand il ouvre la bouche, c’est pour agacer la procureure. « Je suis assez scandalisée par ce que je viens d’entendre », ne cache-t-elle pas.

Liens commerciaux :



Le 28 novembre dernier, le détenu de Saint-Aubin-Routot se présente à sa formation professionnelle sans ses chaussures de sécurité. Il précise aux juges avoir eu « la flemme » de les enfiler.

Quand l’enseignant lui indique qu’il ne peut pas ainsi l’accueillir, Djimy N. voit rouge. Il tente d’enfoncer un clou dans le bras du prof. Celui-ci recule vers une alarme. Djimy N. le comprend et se dirige vers un marteau et une massette.

« Quand on me répète quelque chose plusieurs fois j’ai les nerfs »

Il lance cette dernière vers la victime qui la reçoit par ricochets sur le crâne. « Quand on me répète quelque chose plusieurs fois, j’ai les nerfs ! C’est normal ! Ça se serait bien passé s’il me l’avait dit qu’une fois », flanque depuis le box l’homme originaire de Nouvelle-Calédonie. L’enseignant a souffert de six jours d’incapacité.

Au médecin légiste, il a confié hésiter à poursuivre son activité. « C’est assez terrible comme conséquence », grimace la présidente en direction de Djimy N. Aucune réponse. Passé par la prison de Nouméa (Nouvelle-Calédonie) et celle de Bapaume (Pas-de- Calais), il a été transféré à Saint-Aubin- Routot en août dernier.

Le 8 novembre, il avait déjà été à l’origine d’un incident en cognant dans la porte de sa cellule pour tenter de l’ouvrir.

En garde à vue à la gendarmerie quelques heures avant cette audience du tribunal du Havre, Djimy N. refuse de s’adonner à la prise des empreintes génétiques. « Vous semblez conserver de gros soucis d’impulsivité », avance la présidente. Aucune réponse de l’intéressé.

La procureure s’en charge : « Dix ans après son incarcération, on est toujours dans la même situation. On en arrive à la même solution. » Une énième peine de prison ferme est requise. Énième, car le tribunal ignore l’étendue du casier judiciaire du Néo-Calédonien. Le document n’est pas parvenu à temps par voie électronique pour les débats. Les juges savent simplement que Djimy N. purge différentes condamnations depuis dix ans. Ils prononcent six mois de prison ferme supplémentaires.

Paris-Normandie

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...