-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

mardi 17 janvier 2017

Trop dangereuse pour être incarcérée dans une prison pour femmes

Selon Metro et Daily Record, Estibaliz Carranza Zabala, 36 ans, représente un réel danger pour les autres détenus.


Estibaliz Carranza Zabala, "la tueuse au visage d'ange", avait été condamnée à l'enfermement à vie dans un établissement psychiatrique spécialisé pour le meurtre en 2008 de son ex-mari Holger Holz et celui de son petit ami Manfred Hinterberger, en 2010, lors de son procès à Vienne (Autriche).


"Une partie de mon cerveau est rouge"

Liens commerciaux :



Une fois ses victimes tuées, cette femme de 36 ans avait pris soin de découper les corps à la tronçonneuse. "Une partie de mon cerveau est rouge. Quand elle se met en marche, je ne peux rien y faire", avait-elle prévenu avant son jugement.

Des morceaux de corps humains avaient été coulés dans le béton. Ils avaient été retrouvés à l'occasion de simples travaux de rénovation menés dans une cave d'un immeuble.

Avec 91 hommes

Selon Metro et Daily Record, Estibaliz Carranza Zabala, née au Mexique, est considérée comme "trop dangereuse" pour être incarcérée dans une prison pour femmes. Elle a donc rejoint un autre centre spécialisé à Linz (Autriche). Derrière les barreaux, elle sera entourée par 91 hommes.

Dans cet établissement spécialisé, "la tueuse au visage d'ange" sera la seule femme. Tous les prisonniers s'y promènent en toute liberté. Ils peuvent cuisiner ensemble et il existe aussi un lounge avec une télévision. 24 heures sur 24, ils sont surveillés par huit gardes, 45 infirmières, 18 thérapeutes et 4 médecins.

Mémoires et études

Selon Heidi Kastner, un psychologue, Estibaliz Carranza Zabala représente un réel danger pour les autres détenus: "La thérapie ne sera probablement pas suffisante pour elle." Ses avocats notent cependant de gros progrès chez elle.

Si elle a été condamnée à la perpétuité, Estibaliz Carranza Zabala, de nationalité espagnole, continue ses études en gestion des affaires en prison. Elle parle couramment quatre langues (italien, espagnol, allemand et anglais). Elle compte aussi publier ses mémoires: "Mes deux vies, la vraie histoire derrière la femme de glace."

7 sur 7

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...