-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

dimanche 8 janvier 2017

Bagnols : contrôlé, il apprend qu’il doit faire 2 mois de prison

Le sexagénaire d'Aiguèze avait été arrêté en 2011 au volant de sa voiture avec un taux d'alcoolémie délictueux.

Bagnols : contrôlé, il apprend qu’il doit faire 2 mois de prison

Je vis actuellement avec une épée de Damoclès suspendue sur ma tête", explique Bruno R., un sexagénaire vivant à Aiguèze. La menace ? Une condamnation à deux mois de prison ferme, prononcée par le tribunal correctionnel de Privat (Ardèche), le 13 mai 2011. "J'attends le délibéré qui sera prononcé mardi 17 janvier", assure-t-il.


Ses déboires remontent au 11 janvier 2011. Ce jour-là, il circule au volant de sa voiture sur les routes de l'Ardèche. "Je me rendais à Viviers lorsque les gendarmes m'ont arrêté et m'ont fait souffler dans le ballon. J'avais un taux d'alcoolémie délictueux. Ils ont immobilisé mon véhicule, pris mon permis de conduire et m'ont emmené à la gendarmerie. C'est une connaissance qui est venue me chercher, a récupéré ma voiture et m'a conduit chez moi", poursuit Bruno.

Sa peine transformée en heures de travaux d'intérêt général

Liens commerciaux :



Le 13 mai suivant, il ne se présente pas à l'audience et est condamné par défaut à "deux mois de prison ferme". Et l'Aiguézois explique "n'avoir pas reçu la condamnation. Je l'ai apprise lorsque je me suis fait contrôler en 2014 par des gendarmes lorsqu'ils ont consulté leurs fichiers. Entre-temps, j'avais récupéré mon permis. Comme j'avais été condamné par défaut, j'ai fait opposition. Je suis repassé au tribunal qui a confirmé le jugement. J'ai alors fait appel".

"Qu'est-ce que cela veut dire de la réinsertion pour une personne de mon âge ?"

"Le 30 avril 2015, la cour d'appel de Nîmes transforme mes deux mois de prison ferme en 120 heures de travaux d'intérêt général. J'avais alors 18 mois pour les effectuer. La période se terminait le 3 novembre 2016", poursuit Bruno. Le 16 septembre, il est convoqué à Nîmes par le service pénitentiaire d'insertion et de probation de Nîmes. Bruno s'y rend.

"La personne que j'ai rencontrée m'a annoncé que je venais trop tard et m'a expliqué qu'elle ne pourrait me faire faire les 120 h de travaux d'intérêt général dans les temps. À ce moment-là, je devais me faire opérer. J'ai alors présenté un certificat médical.

Mardi dernier, j'ai été convoqué à Nîmes au tribunal de grande instance...

Lire la suite sur Midi Libre


couv-ebook

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...