-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

jeudi 5 janvier 2017

Le centre pénitentiaire régional à Saran sera bloqué ce jeudi matin

Le centre pénitentiaire d'Orléans-Saran (Cepos), sera en partie bloqué jeudi 5 janvier, dès 6 heures du matin.

Le centre pénitentiaire régional à Saran sera bloqué ce jeudi matin

Le site de la prison de Saran sera en partie bloqué ce jeudi dès 6 heures, par des agents pénitentiaires. Ils protestent contre leurs conditions de travail, dégradées depuis plusieurs mois et ignorées, d'après eux, par la direction.


Selon l'ampleur du mouvement, réalisé à l'appel de trois syndicats, l'entrée du parking visiteurs et les parloirs pourraient être bloqués.

Liens commerciaux :



Une prise d'otages de quelques minutes s'est notamment produite, le week-end dernier. Un prévenu avait menacé deux surveillantes et une infirmière avec une arme artisanale.

330 détenus pour 210 places

Parallèlement à cela, le centre pénitentiaire d'Orléans-Saran subit aussi les conséquences des inondations de juin, qui ont conduit à la fermeture d'un bâtiment. Ce qui a entraîné une surpopulation carcérale importante.

Le Cepos accueille aujourd'hui 330 détenus pour 210 places, selon le syndicat Ufap-Unsa. Une quinzaine d'entre eux sont obligés de dormir par terre, sur des matelas, et d'autres arrivent chaque semaine.

La semaine dernière, deux détenus ont mis fin à leur jour, en se pendant. Un double drame sans lien l'un avec l'autre, mais qui ajoute aux troubles connus par le centre.

Jointe au téléphone, la direction interrégionale de l'administration pénitentiaire dit suivre de près le cas du Cepos, même si elle semble un peu impuissante... Des travaux vont ainsi intervenir sur le bâtiment touché par les inondations "au cours du premier semestre", évalue le directeur interrégional adjoint François Goetz, qui ne peut pas être plus précis, tout en ajoutant que "la pression était mise sur les entreprises qui en auront la charge".

Il dit aussi être attentif aux revendications du personnel pénitentiaire, mais qui sont surtout liées, selon lui, à une pénurie d'agents plus globale, au niveau national...

Lire la suite sur L'Echo Républicain

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...