Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

dimanche 5 mars 2017

Il menace des surveillants de prison et s'excuse

Un détenu qui purge une peine de 12 ans de réclusion criminelle pour tentative de meurtre s'en est pris à des agents en raison d'une fouille corporelle. Il a été condamné à 8 mois de prison

Les faits se sont déroulés le 11 février à la prison de La Farlède. Un détenu a menacé quatre surveillants.

Huit mois de prison supplémentaires. Huit mois qui s'ajoutent à la peine de 12 ans de réclusion que ce détenu purge pour une tentative de meurtre, violences avec arme, détention de stupéfiants et détention d'armes.


Entre autres. Hier, Wissem B., 37 ans, un détenu du centre pénitentiaire de La Farlède a été jugé en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Toulon pour menaces de mort proférées le 11 février à l'encontre de quatre surveillants.

Après un parloir

Liens commerciaux :



Lors du retour d'un parloir, les choses ont dégénéré. Le prévenu a notamment déclaré aux agents : « Dès que vous sortez, il y aura du monde pour vous attendre ». Puis, il a lancé, à propos de l'un des agents de la pénitentiaire : « Lui, je sais où il habite ». Avant de finir : « Mon cousin travaille pour le Mossad ». Ces faits n'ont pas été pris à la légère par le parquet de Toulon et ils ont donné lieu à une convocation rapide devant la juridiction.

Question de pudeur

Je regrette sincèrement ce dérapage. C'est regrettable à mon âge », a-t-il indiqué. Poli et posé devant les magistrats, l'homme indique ne jamais avoir fait parler de lui depuis son incarcération. Libérable en septembre 2017, on ne lui connaît pas d'écart de conduite. « Je les connais ces surveillants. Je n'ai jamais eu aucun conflit avec eux ».

Pourquoi alors de telles menaces ? « C'était par colère. Je me suis emporté. Lors de la fouille, il faut respecter un minimum de pudeur. Une fouille au corps comme ça, ce n'est pas normal !

- Vous l'avez trouvé humiliante ? l'interroge la présidente.

- Oui. Me dénuder devant d'autres co-détenus m'a gêné. Cela n'excuse pas mon emportement ».

Dans ses réquisitions, M. Moretti a requis 14 mois de prison à l'encontre d'un homme déjà condamné deux fois pour des menaces de mort et qui purge une peine pour tentative de meurtre. « Les surveillants font leur travail »...

Lire la suite sur Var Matin

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...