-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

vendredi 10 mars 2017

Prison pour mineurs : la grogne contre la surpopulation carcérale

Les éducateurs de l'établissement pénitentiaire pour mineurs de Porcheville se sont mis en grève, fin février, suite à un problème de surpopulation carcérale. L'administration pénitentiaire s'explique.

Le 24 février, le personnel de l'établissement pénitentiaire pour mineurs s'est mis en grève. -

Les éducateurs de l’établissement pénitentiaire pour mineurs (EPM) de Porcheville ont observé un mouvement de grève, le 23 février dernier.


À l’initiative de plusieurs syndicats, le personnel qui œuvre au suivi et à la réinsertion des jeunes délinquants au sein de la prison a cessé le travail durant toute la journée.

Encadré par la loi

Liens commerciaux :



En cause, la « surpopulation carcérale ». Selon Céline Pettini, éducatrice et membre du Syndicat national des personnels de l’éducation et du social (SNPES-PJJ-FSU), entre le 4 et le 6 février dernier, deux mineurs se sont retrouvés à devoir vivre et dormir dans une même cellule de 9m2. Ce qui est autorisé dans les lieux de détention pour les majeurs, mais « rigoureusement interdit par la loi », chez les mineurs sauf pour raisons de santé.

Mais là ce n’était pas le cas, d’après Céline Pettini. « C’est parce qu’il n’y avait pas assez de place pour accueillir les nouveaux arrivants, précise-t-elle. Le détenu a dû dormir par terre, sur un matelas. »

Cette situation n’a duré que deux jours, mais elle « met en danger la sécurité et l’intimité » de ces jeunes, estime la syndicaliste. « C’est la première fois que cela se produit à Porcheville », ajoute Céline Pettini.

Depuis le mouvement du 24 février, le problème ne s’est pas représenté. « Si cela se reproduit, nous nous remettrons en grève. C’est non négociable », prévient Céline Pettini.

« Début 2017, les établissements pour mineurs ont connu un pic de population en Île-de-France, répond un porte-parole de l’administration pénitentiaire. C’est une situation exceptionnelle. » Il précise que le choix du lieu de détention dépend des juges et souligne que les transferts sont soumis à davantage de contraintes pour les mineurs, pour assurer le « maintien des liens familiaux et du suivi éducatif ».

Ouvert en 2008, l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Porcheville, le seul de région parisienne, accueille soixante garçons, âgés de 13 à 18 ans. Il existe six EPM en France.

78 Actu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...