-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

vendredi 16 décembre 2016

Indre-et-Loire - Personne pour aller le chercher en prison : son procès ajourné

Un ressortissant géorgien de 37 ans, incarcéré à Tours pour des faits de vols avec effractions, devait comparaître lundi après-midi devant le tribunal correctionnel de Tours pour y répondre d'une autre série de vols dans des habitations qui lui sont imputés.

Au total, dix-sept cambriolages avec effraction, perpétrés entre décembre 2014 et avril 2016, dont plus de la moitié au printemps dernier.


Des faits qui ont été commis au préjudice de particuliers à Thilouze, Manthelan, Artannes, Pont-de-Ruan, Saint-Branchs, Crotelles, Sainte-Catherine-de-Fierbois, Monnaie, Marcilly-sur-Vienne, Ingrandes-de-Touraine ainsi qu'en Eure-et-Loir et en Charente Maritime.

Liens commerciaux :



Une dizaine de plaignants avait pris leur après-midi pour suivre l'audience au palais de justice de Tours ainsi que leurs défenseurs et l'avocat du prévenu.

Mais l'examen de ce dossier a dû être reporté au dernier moment quand le tribunal s'est aperçu que personne n'avait été en capacité d'aller chercher le prévenu à la prison de Tours !

Depuis 2010, le transfert de compétence de la police et de la gendarmerie aux personnels pénitentiaires pour l'extraction des détenus a tourné au fiasco.

Les extractions judiciaires ne se font plus par les policiers du commissariat de police de Tours mais par des agents de l'administration pénitentiaire, « qui n'ont pas les mêmes moyens », comme l'a rappelé la présidente du tribunal.

Ce genre de dysfonctionnement, devenu monnaie courante, a fait réagir le procureur Joël Patard qui dénonce le fait que « ce sont désormais des personnels de l'administration pénitentiaire qui doivent intervenir depuis des départements extérieurs pour chercher des personnes à la prison de Tours et les conduire un kilomètre et demi plus loin jusqu'au tribunal… nous sommes pris en otages par cette situation ».

L'audience a été renvoyée au 16 février. Les victimes ont quitté la salle aussi contrariées que les magistrats et les avocats.

La Nouvelle République


couv-ebookcouv-ebookcouv-ebook

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...