-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

mardi 20 décembre 2016

Interdits de parler créole à Fresnes, les gardiens de prison portent plainte

A la prison de Fresnes, les surveillants ont décidé de porter plainte contre Adeline Hazan, la contrôleuse générale des prisons, pour discrimination, incitation à la haine et propos racistes.

Les couloirs du quartier des hommes à la prison de Fresnes. © FRED DUFOUR / AFP

Dans un rapport, elle avait dénoncé l'usage du créole entre surveillants pénitentiaires.


Après la colère, ils passent à l'action. Les surveillants de la prison de Fresnes ont décidé de porter plainte, mardi 20 décembre, contre Adeline Hazan, la contrôleuse générale des lieux de privations des libertés. Ils portent plainte pour "discrimination, incitation à la haine et propos racistes", suite à la publication du rapport rédigé par Adeline Hazan.

Liens commerciaux :



Dans ce texte rendu public la semaine dernière, la contrôleuse générale des prisons pointait du doigt l'usage du créole entre les surveillants pénitentiaires à la prison de Fresnes (Val-de-Marne) où travaillent de nombreux ultramarins.

Racisme et discrimination

"Elle aurait pu rappeler que l'usage du Français était la règle, mais pas pointer du doigt le créole en nous stigmatisant, nous, Ultramarins. C'est de la discrimination", estime Cédric Boyer, secrétaire local de Force Ouvrière Pénitentiaire à Fresnes, à l'origine de cette plainte.

Les gardiens se disent conscients que la langue de la République est le Français mais ils déplorent que "par ses déclarations, Adeline Hazan a ciblé une catégorie de personnes selon l'appartenance réelle ou supposée à une région déterminée, une race, une nation ou une ethnie."

"La contrôleuse générale des prisons est une personnalité publique, et ses déclarations sont parues au journal officiel, ajoute le Réunionnais, Cédric Boyer. C'est inadmissible de tenir ce genre de propos au JO, nous avons été blessés et choqués. Nous voulons que la justice fasse respecter la loi à tous les niveaux et que les textes contre la discrimination, le racisme et les discours de haine soient respectés".

Le défenseur des droits

Pour mener leur combat, les surveillants de Fresnes sollicitent également Jacques Toubon, le défenseur des droits. Ils viennent de lui envoyer un courrier pour lui demander son aide et son soutien dans leur action.

Outre Mer 1ère

4 commentaires:

  1. Certes, Madame Adeline Hazan a été très maladroite dans les propos mais à quoi bon un syndicat intente une action en justice à moins, à défaut d'avoir des adhérents, vouloir se faire une pub et se faire connaître.
    Je crois qu'il y a mille et une autres raisons pour demander justice notamment sur les conditions de travail et l'hypothétique sarcasme et parfois harcèlement de la part de la hiérarchie régulièrement absente.
    Quand il faut faire des reproches aux responsable, certains syndicats retrouvent leur mutisme complice.

    RépondreSupprimer
  2. est-ce être raciste que de demander par respect et politesse pour les gens qui ne le comprennent pas de s'exprimer dans la langue française, ce n'est pas ça non plus qui va créer un esprit de communauté puisqu'il existe déjà. En tant que syndicat c'est d'ailleurs eux qui devraient rappeler les règles nécessaires au bon fonctionnement du travail en groupe.

    RépondreSupprimer
  3. Maladroite dans les propos, c'est exagéré. Quand ils se mettent à parler créole pour que l'on ne les comprennent pas, c'est a qualifier comment?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...