-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

lundi 26 décembre 2016

Le centre hospitalier de Moulins-Yzeure fait partie des pionniers de la télémédecine

Ausculter un patient par écran interposé, c’est ce qu’on appelle la télémédecine.

Le centre hospitalier de Moulins-Yzeure fait partie des pionniers de la télémédecine

Avantages : cela permet de suivre des patients sans qu’ils se déplacent jusqu’au médecin. Le problème : le financement de cette médecine à distance.


En s'approchant de l'écran de la borne informatique, c'est comme si Abdelrrhaman El Omari, médecin anesthésiste, se penchait au chevet de son patient. Sauf que là, le docteur est à l'hôpital de Moulins ; le malade est entre les murs de la maison centrale où il est détenu.

Liens commerciaux :



Le médecin lui demande d'ouvrir la bouche, de tirer la langue tout en activant le zoom de la caméra, placée au-dessus de l'écran, pour y voir plus clair. Il lui demande aussi s'il prend des médicaments, s'il a déjà été opéré, s'il a des implants dentaires, s'il porte une prothèse. Il l'informe également que l'appendicite dont il doit être opéré nécessite une anesthésie générale.

« La télémédecine, c'est un accès plus rapide et plus simple à l'examen »

Cette petite démonstration factice opérée jeudi dernier entre l'hôpital et la prison est éloquente sur les avantages de la télémédecine : cela évite au professionnel de se déplacer à la prison, cela évite à l'administration pénitentiaire d'amener le détenu à l'hôpital, donc de mobiliser une escorte.

A l'hôpital de Moulins, le champ d'application de la télémédecine dépasse largement le cadre de la prison. Au-delà des détenus, le patient peut être une personne âgée en maison de retraite, un homme ou une femme qui a subi une opération cardiaque, etc.

« On utilise la télémédecine pour tout ce qui concerne les consultations autour du parcours de la personne âgée (gériatrie, psycho-gériatrie) », indique Pierre Thépot, directeur du centre hospitalier de Moulins-Yzeure. « On l'utilise aussi en pédo-psychiatrie ou encore pour le suivi des insuffisants cardiaques chroniques et pour le suivi de tous les patients en rythmologie interventionnelle ».
Pour l'hôpital, l'objectif est aussi d'organiser dans les mois qui viennent, cette télémédecine avec les autres hôpitaux qui gravitent autour de celui de Moulins : « Sur le site distant, le patient sera accompagné d'un paramédical et à Moulins, il y aura un médecin qui pourra donner un avis à distance ».

Un avis à partir d'un examen pratiqué via la borne informatique qui, au-delà d'une caméra, est équipé d'un stéthoscope, d'un outil permettant de réaliser une échographie (dont le médecin peut imprimer des clichés) ou encore d'un otoscope (examen des tympans). Ces instruments ne sont pas directement manipulés par le patient mais, par exemple, par un infirmier. Il les utilise sur instruction du médecin.
Gain de temps...

Lire la suite sur La Montagne


couv-ebook

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...