-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

jeudi 15 décembre 2016

Montauban - A la Maison d'arrêt, 221 détenus pour 144 places…

La situation n'est pas nouvelle mais elle est désormais qualifiée d'explosive par le syndicat SNP FO, de la maison d'arrêt Beausoleil de Montauban.

La maison d'arrêt de Montauban vient de battre un record de détenus/Photo DDM, archives.

Selon Pascal Rezzani, représentant syndical, il y a actuellement «221 détenus hébergés, et 60 bracelets électroniques.


Ce sont plus de 280 dossiers à gérer pour le greffe et les autres services administratifs qui croulent sur le surcroît de travail avec une ressource humaine affaiblie», estime le syndicaliste.

Liens commerciaux :



Initialement conçu et reconfiguré, en 2011, pour recevoir 144 détenus, «l'établissement n'a pas la capacité aujourd'hui de parer à cette surpopulation pénale, poursuit Pascal Rezzani. Les personnels pénitentiaires sont épuisés ne peuvent gérer que l'urgence.

Aujourd'hui avec plus de 25 matelas au sol, les conditions de travail et de vie sont déplorables. Ce surencombrement à des effets désastreux sur la promiscuité en cellule mais aussi dans les salles de cours, d'école de formation, de l'infirmerie et du sport».

«des personnels désabusés et en colère»

Plus grave, toujours selon le syndicaliste, «L'augmentation des trafics des agressions, des bagarres sont le lot quotidien des personnels épuisés et en sous nombre eux aussi». FO demande ou plutôt «exige» des transferts immédiats de détenus vers d'autres établissements et le passage à 56 agents ; Il y a aujourd'hui 47 personnels de surveillance.

Avec cette indication : «N'attendons pas que des incidents graves se passent à Montauban, comme cela a déjà été le cas partout en France cette année avec des prises d'otage et des mutineries sans précédent». Et Pascal Rezzani de conclure en disant que «les personnels sont désabusés, fatigués et en colère».

Hier, nous avons tenté de joindre la direction régionale de l'Administration pénitentiaire qui n'a pas souhaité réagir.

Mais la situation semble tendue à l'approche des fêtes de Noël, période souvent propice à la manifestation des ressentis des détenus et… de ceux qui les surveillent.

La Dépêche

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...