-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

samedi 10 décembre 2016

Bientôt une prison à La Couronne ?

La carrière Lafarge de La Couronne pourrait accueillir une maison d’arrêt. Comme le Confolentais avant elle, la commune a postulé au programme immobilier pénitentiaire.

Bientôt une prison à La Couronne ?

Après le Confolentais (1) le mois dernier, c’est au tour de La Couronne de candidater au programme immobilier pénitentiaire lancé par le gouvernement en octobre. Le projet sera officiellement présenté aux élus en conseil municipal lundi soir, avant une consultation des comités de quartiers et des commerçants.


L’idée: requalifier une partie des carrières Lafarge, inactives depuis l’arrêt du four le mois dernier. «En tout, il y a 220 hectares à reconvertir. Le préfet nous a sollicités pour savoir s’il y avait la possibilité d’accueillir une maison d’arrêt», explique Jean-François Dauré, maire de La Couronne, en admettant que «comme il faut postuler avant le 16 décembre on a été un peu pris de court».

Liens commerciaux :



La future maison d’arrêt, qui concentre les détenus provisoires et les condamnés à de courtes peines, compterait 400 places.Elle verrait le jour sur la carrière située derrière l’actuelle usine et s’étalerait sur 15 hectares, soit 10% de la surface totale de ce terrain.

400 emplois potentiels

L’élu énumère les nombreux avantages de cette reconversion. L’emploi d’abord. Sur les 116 salariés de Lafarge, seul un quart reste sur site pour s’occuper du broyage et de l’ensachage.«Dans les années 1990 on a déjà perdu 1.000 emplois industriels, on fait tout pour enrayer cette dynamique.La maison d’arrêt permettrait la création d’au moins 400 emplois», assure le maire.Statistiques à l’appui, il explique que pour deux détenus, un emploi direct et un emploi indirect sont créés.

Par effet d’entraînement, des commerces ouvriront et les familles des salariés s’installeront sur la commune. «On a une réserve foncière qu’on pourra utiliser pour construire des habitations», anticipe déjàJean-François Dauré, qui table sur une centaine de familles. Un appel d’air qui serait plus que bienvenu, surtout depuis que sa calculatrice marche à plein régime. «On estime que l’impact maximal de l’arrêt de l’activité de Lafarge pourrait se monter à 2millions d’euros de manque à gagner pour le territoire et à 500.000€ de moins de recettes fiscales pour la commune».

«Il n’y a aucune crainte à avoir»

Autre point positif aux yeux de l’élu: la diminution de la délinquance. «On va avoir un renforcement des forces de police, ce qui va forcément sécuriser les habitants».L’occasion de balayer d’un revers de main les éventuelles craintes suscitées par l’arrivée de détenus dans la commune. «Je ne vois pas en quoi ça pourrait faire peur. La carrière est un lieu qui n’est pas habité, où les Couronnais ne vont pas.Il n’est pas visible de la route et totalement isolé. Il n’y a aucune crainte à avoir».Des affirmations confortées par la discussion qu’a eue Jean-François Dauré avec le maire de Vivonne, dont la commune abrite un centre pénitentiaire.

Le dossier de La Couronne est déjà sur le bureau du préfet.Ce dernier devra transmettre ses propositions au garde des Sceaux avant le 16 décembre.Le ministère rendra sa décision début janvier.

Si La Couronne est retenue, le calendrier de construction s’échelonnera sur plusieurs années.
Parallèlement à cette candidature, l’Établissement public foncier poursuit son diagnostic sur le territoire couronnais...

Lire la suite sur Charente Libre

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...