Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

Grande Manifestation le 16 Septembre 2017

mercredi 14 décembre 2016

Après les inondations, la surpopulation à la prison de Saran

La surpopulation gagne le tout nouveau centre pénitentiaire ouvert en 2014. C'est la conséquence des inondations et de la fermeture de 2 bâtiments sur 3.

L'entrée du centre pénitentiaire de Saran

6 mois après avoir été inondée, la prison de Saran n'est toujours pas complètement opérationnelle. On est même très loin d'un retour à la normale selon le syndicat Ufap qui a obtenu une réunion d'urgence avec la direction, lundi soir.


Aymeric Regnault est délégué syndical :

On a déposé des matelas au sol depuis 2 jours et on retrouve exactement les mêmes symptômes que l'ancienne maison d'arrêt d'Orléans

Une situation qui pèse évidemment sur les conditions de travail des 200 surveillants : "j'ai vu du personne complètement craquer à l'étage, raconte ce délégué syndical. On se retrouve sur un seul bâtiment avec une dizaine de mouvements à gérer en même temps, en sachant que l''agent à l'étage se retrouve à gérer une cinquantaine de cellules".

Liens commerciaux :




taux de surpopulation de 150%

Dans le vieux bâtiment du centre-ville d'Orléans, fermé en 2014, le taux de surpopulation atteignait jusqu'à 270%.

Dans la prison flambant neuve de Saran, qui a coûté 95 millions d'euros, on est en ce moment à 150% de taux de surpopulation : "il y a 210 places en ce moment à Saran et on arrive à 310 détenus", explique Aymeric Regnault.

Le grillage refait pour 500 000€

Les bâtiments 1 et 2 sont fermés depuis 6 mois (l'eau était rentrée jusque dans les cellules).

Les huissiers, les experts se succèdent donc pour évaluer le coût des travaux mais toujours rien à l'horizon. Aucun calendrier de réfection des bâtiments endommagés. Pire, on découvre encore les conséquences de ces inondations :

On vient juste de terminer des travaux, devant le centre pénitentiaire parce que le grillage s'affaissait, pour un montant exorbitant de 500 000€ ! - Aymeric Regnault, syndicaliste

L'administration pénitentiaire se refuse, pour l'instant, à donner une date de réouverture complète de l'établissement pénitentiaire. On évoque le second semestre 2017, les syndicats tablent plutôt sur 2018.

France Bleu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...