-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

lundi 12 décembre 2016

Le courage et le sang-froid des surveillants de prison honorés

Hortensia blanc, petits cadeaux, médaille d'honneur... ont salué le travail de dix-sept agents de Villepinte, en surpopulation carcérale.


Garde-à-vous, « Marseillaise » et chant pénitentiaire. L'ambiance était des plus solennelles dans le gymnase de la prison de Villepinte vendredi matin, pour une cérémonie... tout à fait inhabituelle.


En ces temps de surpopulation carcérale record la directrice Léa Poplin a tenu à mettre à l'honneur ceux qui permettent au quotidien à l'établissement de tourner.

Liens commerciaux :





Ils sont dix-sept à être distingués. Par leur courage et leur sang-froid, ils ont sauvé un détenu, éteint un incendie, empêché un suicide... Aucun ne s'épanche mais les sourires émus en disent long. Pour les surveillants non plus, la vie n'est pas un long fleuve tranquille. À Villepinte, c'est une agression, physique ou verbale, tous les quatre jours. Soixante-seize agents ont demandé la protection statutaire en 2016. Cette année, le sous-effectif a pesé, avec seulement 15 premiers surveillants pour un effectif théorique de 23. Et ici, le turn-over est vertigineux : deux agents sur trois ont moins de deux ans d'ancienneté. « Vous devez être fiers de faire ce métier », assure Laurent Ridel, directeur interrégional de l'administration pénitentiaire.

« La route est encore ardue, mais chaque jour Villepinte reprend ses droits », lance fièrement Léa Poplin. En un an, la directrice a fait déménager tous les détenus, pour réorganiser les bâtiments. Il fallait en libérer un pour le module Respecto, qui accueille depuis septembre près de 200 détenus engagés dans un programme d'activités. Jamais autant de fouilles et saisies n'ont eu lieu qu'en 2016. Dans cet équilibre fragile, l'absentéisme a diminué au sein du personnel, souligne la directrice.

« Nous subissons des profils lourds et difficiles, mais nous savons gérer », explique-t-elle devant une salle conquise. Outre les familles des distingués, il y a là des représentants de la Protection judiciaire de la jeunesse, de l'hôpital, magistrats, policiers, élus...

Lire la suite sur Le Parisien

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...