-

Retrouvez l'Actu sur Facebook :)

A la demande de plusieurs lecteurs de l'Actu, et pour ne pas laisser la bande de menteurs institutionnels aux manettes de ce qui vous e...

Pour être directement informé sur votre messagerie, indiquez ci-dessous votre adresse mail :

lundi 12 décembre 2016

Vivez l'entraînement des ERIS, les forces spéciales des prisons en Dordogne

Le ministre de la Justice Jean-Jacques Urvoas était en visite à Saint-Astier ce lundi, au centre national d'entraînement de la gendarmerie.


Il est venu assister à un entraînement d'une unité ERIS, les équipes régionales d'intervention et de sécurité chargées des opérations délicates en prison.


Jean-Jacques Urvoas était en visite à Saint-Astier, en Dordogne, ce lundi. Le ministre de la justice est venu assister à la formation des ERIS, les équipes régionales d'intervention et de sécurité de l'administration pénitentiaire.

Liens commerciaux :



L'équivalent des forces spéciales, mais pour les prisons. Aujourd'hui, neuf équipes de 33 "ERIS" sont installées dans les grandes villes du pays, notamment une à Bordeaux, Lyon ou Marseille.

Ce sont eux qui interviennent très rapidement en cas de situation qui viendrait à dégénérer dans une prison. Des agents recrutés pour leur sang-froid, et qui bénéficient tous d'une formation au centre d'entraînement de la gendarmerie de Saint-Astier.


Trois niveaux de formation sont dispensés.

L'an dernier, ils ont réalisé au total plus de 2.000 interventions. Notamment pour prévenir les débordements et déplacer les individus terroristes ou radicalisés, comme l'explique le garde des sceaux Jean-Jacques Urvoas.

Des agents également recrutés pour leurs capacités mentales, et leur aptitude à faire face à des situations très tendues.

Exercice grandeur nature

Ce lundi, les "ERIS" ont donc simulé un exercice grandeur nature : à la fin de la promenade, trois détenus violents et déterminés à en découdre avec les surveillants refusent de réintégrer leurs cellules.

L'un d'eux est porteur d'une seringue et prétend vouloir piquer quiconque s'approchera de lui. Un héroïnomane notoire, déjà placé il y a quelques semaines en quartier d'isolement, après avoir entraîné une bagarre dans le réfectoire.

Il s'en était pris au moment des faits à un jeune détenu, M. Y, qui manque également à l'appel. Le troisième détenu manquant se nomme M. Z et veut profiter de la situation pour "se faire un agent".

Le but : rechercher les trois individus et les placer en isolement.

France Bleu

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...